La fabrication simplissime du sirop de fleurs !

Je continue avec la série de recettes que j’ai faites à l’île de Ré en juillet. Après le saumon à la criste marine, c’est le tour des mauves. Elles couvraient l’île de Ré de la belle couleur de leurs fleurs et j’ai décidé d’en ramasser pour faire un sirop.

Voici la fabrication simplissime d’un sirop qui peut être appliquée pour toutes les fleurs comestibles ! (et elles sont nombreuses…)

sirop de fleurs de mauve sylvestre sur des crêpes bretonnes

La mauve sylvestre, Malva sylvestris, fait partie de la famille des Malvacées, comme la guimauve, le lavater et la rose trémière. Il existe d’autres espèces de mauves qui sont toutes comestibles.

Leurs fleurs au goût très doux sont comestibles, ainsi que leurs feuilles qui sont riches en mucilage, ce qui leur confère une texture très fondante, idéale pour les soupes ou les fondues végétales (je testerai ça cet hiver).

On reconnaît la mauve grâce à… ses fleurs mauves ;-). Elles ont 5 pétales délicats, chacun en forme de cœur et décoré de 3 stries plus foncées et ramifiées. Les fruits ressemblent à de petits camemberts marron et les feuilles sont dentées avec une forme arrondie où apparaissent souvent 5 lobes pointus.


Recette : sirop de fleurs de mauve

fleurs de mauves ramassées dans un sac en tissuIl vous faudra beaucoup de fleurs de mauve. Pour les cueillir facilement sans abimer la plante, attrapez la fleur et pincez son pédoncule entre vos ongles. Pas besoin de tirer fort dessus !

Et comme ces fleurs sont délicates, ne commettez pas l’erreur de cueillette n°1 en les mettant dans un sac plastique…

La floraison ayant lieu de mai à septembre, il vous reste donc encore un peu de temps pour en ramasser.

Ingrédients :

Recette :

  1. Après la cueillette, mettre rapidement les fleurs dans une casserole avec le sucre et couvrir d’eau. Laisser macérer une heure. En effet, elles sont fragiles et fanent vite.
  2. Ajouter le jus de citron et les pépins de pomme. Faire bouillir pendant 30 minutes sans couvercle.
  3. Filtrer pour retirer les fleurs et faire bouillir encore 30 à 45 minutes selon la quantité d’eau ajoutée au début et la consistance souhaitée pour le sirop. C’est comme une gelée, mais en plus liquide !

deux fleurs de mauve sylvestre

Ce sirop au goût délicat est à conserver au frigo pour en préserver la saveur. Il peut être utilisé pour napper des crêpes ou des gâteaux à la manière du sirop d’érable ou d’agave, mais il peut aussi directement entrer dans la composition de gâteaux.

Alors, avez-vous aimé ce sirop ? Sur quel dessert ou goûter l’avez-vous utilisé ?

13 réflexions au sujet de « La fabrication simplissime du sirop de fleurs ! »

  1. Marjoriegsxr

    Intéressant, il ne me reste plus qu’a trouver des fleurs de mauves. Poussent-elles partout? J’habite à 900m altitude et je ne sais pas trop si je vais en trouver.
    Pourrais-tu m’éclairer sur ce point?

    Répondre
    1. Jérémie

      Bonjour Marjorie,
      La mauve sylvestre et ses consœurs, les mauves musquées et alcées, poussent partout en France, même en zone de montagne. TelaBotanica signale leur présence dans tous les départements (ici, la mauve sylvestre), alors je pense que même à 900m d’altitude, tu devrais encore en trouver. Tiens-moi informé.
      Bonne cueillette et bon appétit !
      Jérémie

      Répondre
  2. Anémone

    Infusion de fleurs de mauve et d’anis étoilé
    Septembre est passé, dommage, j’attendrai donc l’an que vén !
    Une autre recette : le philtre bleu
     (pour 2 personnes)
    2 étoiles d’anis (badiane) à écraser dans la paume de la main
    2 pincées de fleurs de mauve séchées (ou une dizaine de fleurs environ)
    20 cl d’eau bouillante
    1 c. à c. de sucre
    Mettre l’anis, les fleurs de mauve et le sucre dans une théière puis y verser l’eau bouillante.
    Laisser infuser 5 minutes. Filtrer et servir dans deux tasses

    Répondre
  3. Anémone

    Avec la mauve une infusion efficace dans le traitement contre les inflammations des voies respiratoires, mélange de plantes pectorales, pas de cuisson.

    10 g de Bouillon blanc (Verbascum thapsus)
    10 g de Coquelicot (Papaver rhoeas)
    10 g de Mauve sylvestre (Malva silvestris)
    10 g de guimauve (Althaea officinalis)
    10 g de Violette odorante (Viola adorata)
    10 g de Tussilage (Tussilago farfara)
    10 g de pied de chat (Antennaria dioica)
    du miel

    Mélanger les différentes plantes séchées.
    Laisser infuser une cuillerée à café de ce mélange dans une grande tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes puis filtrer.
    Sucrer avec une cuillerée à café de miel.
    Boire trois à quatre tasses par jour.

    Sinon, très efficace aussi : le sirop de baies de sureau

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Merci pour cette recette. Ne connaissant pas les propriétés de certaines de ces plantes, j’utilisais le bon vieux jus de citron chaud + miel pour les voies respiratoires 😉
      Jérémie

      Répondre
  4. mavalca

    Bonjour
    Je pensais faire un sirop de mauve contre la toux et le maux de gorge (avec du thym), mais j’ai de sérieux doutes concernant la conservation des mucilages lors de la cuisson… Savez vous ce qu’il en est?

    Je découvre votre site et il a l’air fort intéressant, je le mets en favoris et reviendrai le lire plus tard. Merci de vos partages!

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Je pense que les mucilages résistent (au moins dans une certaine mesure) à la cuisson puisqu’on fait de la soupe de feuilles de mauve et qu’elle conserve une texture mucilagineuse. Mais je suppose qu’il vaut mieux éviter de cuire ça trop fort trop longtemps 😉
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  5. Catherine Sandré

    Ça y est, je viens de réaliser la recette, le liquide est encore chaud je ne sais pas du tout quelle consistance il aura je n’avais pas de pépins de pommes mais des pommes en formation dans le jardin j’en ai coupé une nous verrons bien, en tout cas merci pour vos connaissances que vous nous permettez de partager… Nous goûterons demain, la couleur et l’odeur sont prometteuses.

    Répondre
  6. hélène

    Bonjour,
    Merci pour tous les articles partagés sur ce site… Une vraie merveille! Une des mes iinterrogations reste cependant en suspens… Certains fruits contiennent énormément de pectine… Je pense ici aux fruits de cassis qui se transforment automatiquement en gelée… Comment en réduire l’effet en vue d’obtenir un simple sirop?
    hélène

    Répondre
  7. Ping : Les plantes sauvages comestibles, suite et fin. - amande et basilic

  8. Luna

    Bonjour,

    Je suis tombé sur votre blog un peu par hasard… Je vais acheter des fleurs de mauve, je pensais en mettre dans mon thé, avez-vous déjà essayé ?

    Pour en revenir à la recette, je vais en acheter pour 1g… 5 poignées de mauves fait combien de grammes ?
    Combien faut-il environ de pépins de pomme ?
    En fait si je comprends bien, je mets les pépins dans une compresse que je noue et je mets dans la casserole avec le reste ?
    Combien de temps se garde ce sirop ?

    Merci à vous,
    Luna.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Luna,
      Oui, vous avez bien compris la technique des pépins dans la compresse. Je dirais que ce sirop se garde tant qu’il n’y a pas de moisissure à se développer dessus, un peu comme une confiture. Quant au poids des fleurs de mauve, aucune idée… Si vous en achetez, il y aura écrit sur le sachet le nombre de grammes, à vous de voir dans ce cas-là combien il y a de poignées dans le sachet et d’en déduire le poids d’une seule poignée.
      Amicalement,
      Jérémie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *