Régalez-vous avec le miel de fleurs de pissenlit !

Au printemps, les pissenlits arborent fièrement leurs fleurs jaunes, c’est le bon moment pour les ramasser et faire du miel !

Je vous propose ici la recette simplissime de ce miel succulent que l’on nomme aussi cramaillotte.

Traits caractéristiques : plante en rosette, à latex, feuilles dentées et découpées, grosses inflorescences jaunes solitaires sur leur hampe. La description détaillée est ici.

Utilisations

Plante très commune, ses feuilles, ses bourgeons floraux et ses fleurs sont utilisables en cuisine. Son amertume est synonyme de propriétés toniques et dépuratives : on peut en faire une « cure » au printemps.

  • les feuilles se mangent crues en salade ou en pesto (je vous en donnerai la recette un jour). Les jeunes feuilles tendres seront moins amères que les vieilles charnues qui peuvent être cuites comme un légume.
  • les bourgeons floraux peuvent être consommés en salade ou se préparer comme des câpres dans du vinaigre avec des aromates. Prenez ceux qui sont vraiment tout petits cachés au milieu de la rosette.
  • les fleurs fraîches peuvent se manger crues telles quelles en salade (petit goût que je qualifierai de « jaune », à peine sucré suivi d’une légère amertume), en infusion ou se cuisiner comme une confiture, et c’est tout le propos de la recette qui suit !


Recette : le miel de pissenlit

  • 200 fleurs de pissenlit (environ 150 g),
  • 500 g de sucre roux,
  • 2 citrons non traités (ou une orange),
  • 2 pommes non traitées et de la gaze pour faire du gélifiant.

Les fleurs de pissenlit donnent un beau miel ambré !

Cueillez les fleurs de pissenlit en coupant juste sous l’inflorescence pour prélever le moins de tige possible (amère), puis lavez-les dans une bassine avec une pointe de vinaigre pour en chasser les petites bêtes.

Si vous êtes motivé, coupez aux ciseaux la partie verte amère sous les fleurs pour ne garder que la partie jaune.

Si vous êtes patient, laissez sécher 1 h au soleil pour développer l’arôme du pollen.

Personnellement, je n’effectue pas toujours ces 2 opérations et je me régale quand même…

  1. Faire cuire à tout petits bouillons dans 1 litre d’eau les fleurs et les citrons coupés en rondelles pendant 40 minutes, puis filtrer en pressant pour obtenir le maximum de jus (très important !).
  2. Faire cuire ensuite comme une confiture normale ce jus de fleurs avec le sucre ainsi que la gaze contenant les pépins et un peu de la peau des pommes, naturellement riches en pectine (c’est le gélifiant qu’ils rajoutent dans les sucres spéciaux pour confiture, mais je n’aime pas le sucre blanc trop raffiné).

Notez que le sucre en poudre (glucose) peut être remplacé par du sirop d’agave (fructose) dont l’indice glycémique est moins élevé, ce qui intéressera les diabétiques.

Cette confiture constitue un mets délicieux… !!! D’ailleurs, les abeilles ne s’y trompent pas et trouvent également que les fleurs de cette petite plante sont excellentes pour faire du miel. Regardez plutôt celle-ci avec sa tête couverte de pollen :

 

14 réflexions au sujet de « Régalez-vous avec le miel de fleurs de pissenlit ! »

  1. Anémone

    Miel que je vais, en industrieuse abeille, fabriquer dès que je pourrais en ramasser les fleurs.
    Je rajouterai cette gelée à ma palette où elle sera en bonne compagnie avec la gelée de fleurs d’arbre de Judée, et de fleurs d’acacia. Merci pour la recette.

    Répondre
  2. jean

    Bonjour l’ami. Merci pour ton blog et toute tes belles recettes. J’ai cueilli mes fleurs de pissenlit, j’ai fais toute ta recette, et le lendemain matin toute ma préparation est resté liquide comme de l’eau. ???? je ne sais pas quoi faire. Merci d’avance pour ta réponse. jean

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Jean,
      Peut-être n’y avait-il pas assez de pépins de pomme et de jus de citron dans ta préparation ou alors elle n’a pas cuit assez longtemps.
      En espérant que la confiture prendra quand même,
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  3. yann

    Viens d’essayer… pas franchement une reussite. Pour le gout, rien a redire, par contre, le resultat ressemble plus a un jus qu’a du miel.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Yann,
      Comme je l’ai dit à Jean, le mélange n’a pas dû cuire suffisamment pour prendre. Et si on le cuit trop longtemps, ça devient une pâte, un peu comme un bonbon de miel 😉
      J’espère que tu réessayeras et que ça marchera !
      Jérémie

      Répondre
  4. marie

    je viens de faire ma récolte ! j’ai deux questions : combien de temps de cuisson lorsqu’on ajoute le sucre ? et ds la gaze je ne met que les pépins et la peau des deux pommes c’est bien cela ?
    merci pour ta réponse

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir Marie,
      Environ 30 à 40 minutes de cuisson après avoir ajouté le sucre, tout dépend des quantités que tu as mises et de la force de ton feu. Il faut qu’il y ait suffisamment d’eau à s’évaporer pour que la gélification opère.
      Et oui, dans la gaze seulement les pépins et la peau bien ficelés pour éviter qu’ils ne s’échappent 😉
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  5. Vincent

    Bonjour Jérémie,
    je viens de faire le miel, en suivant scrupuleusement ta recette, en y mettant 2 beaux citrons, une dizaine de pépins de pommes (achetées dans le commerce, donc peut etre traitées), mais au bout d une heure cela n avait toujours pas pris. Du coup, j ai rajouté 500 grammes de sucre et une heure de cuisson supplémentaire et le miel a pris, un peu liquide mais délicieux. Donc, d apres toi Jérémie, est ce que cet échec est du aux pépins provenant peut etre de pommes traitées ou au rapport de la quantité liquide/sucre (tu préconises 1 litre d eau pour 500 g de sucre), selon moi il y a trop de liquide par rapport au sucre, mais bon j aimerais avoir ton avis.
    Dand tous les cas merci pour ta recette, ce miel est vraiment délicieux.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir Vincent,
      Sans doute y avait-il trop d’eau… Tu as bien fait de rajouter du sucre et de poursuivre la cuisson. Je ne pense pas que l’origine des pommes (traitées ou non) joue beaucoup sur la quantité de pectine qu’elles contiennent.
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  6. Ping : Le Pissenlit | Delphine's Honey

  7. Ping : Gelée de Pissenlits  | Mariedoudou's Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *