La meilleure recette du mois de novembre !

Je vous en avais parlé dans sa carte d’identité botanique, je vais maintenant partager avec vous une recette délicieuse avec un fruit extrêmement riche en vitamine C : le cynorrhodon !

Ainsi que deux astuces pratiques pour s’en sortir en toutes circonstances avec le poil-à-gratter et les graines.

recette traditionnelle de confiture de cynorhodons, fruits de l'églantier

Le cynorrhodon est le fruit du rosier sauvage, Rosa canina, aussi appelé églantier. Un botaniste rigoureux dirait que ce n’est pas exactement le fruit que l’on mange, mais je vous laisse consulter la carte d’identité de l’églantier pour voir ces précisions qui n’ont pas d’importance quand on cuisine.

La chair rouge constituant l’enveloppe du cynorrhodon est extrêmement riche en vitamine C (effet anti-grippe assuré !). C’est elle qui est délicieuse et pour qui je vais vous proposer une recette dont je raffole !


Recette : confiture de cynorrhodons

les cynorhodons se récoltent à la fin de l'automne pour faire des confituresLes cynorrhodons se ramassent à partir de novembre et pendant tout l’hiver puisqu’ils restent accrochés sur le rosier, mais alors attention aux épines acérées !

Après les premières gelées, ils ramollissent un peu mais ne perdent rien de leur goût acidulé ni de leurs vertus. Certains disent même que c’est à ce moment-là qu’il faut les ramasser.

Il y a 2 écoles pour préparer les cynorrhodons, mais chacune nous enjoint de couper à ras le pédoncule vert et de retirer la mouche noire au bout du fruit.

Préparation – méthode 1 :

c'est un défi d'enlever les graines et le poil à gratter des cynorrhodonsLa première ne fonctionne qu’avec des fruits fermes. Il faut les couper en 2 dans le sens de la longueur, voire en 4, et en sortir les graines avec la pointe d’un couteau (ou l’ongle). Si vous avez une dizaine d’amis ou une famille nombreuse, c’est le moment de les appeler car cette méthode est fastidieuse !

Son avantage est de conserver toute la chair et de pouvoir peser le poids de fruit sec pour ajuster la quantité de sucre. D’ailleurs, n’oubliez pas de les peser !

Après cette étape, il convient de les laver pour enlever une bonne partie du poil-à-gratter. Puis, on les couvre d’eau dans une casserole et on les met à bouillir 15 minutes. Rajouter de l’eau en cours de cuisson pour conserver le niveau.

Finalement, on les passe avec l’eau de cuisson au moulin à légumes, dans un chinois ou à travers un tamis fin pour enlever les derniers poils (sinon ça irriterait le fond de la gorge !). La pulpe rouge ainsi obtenue est la matière la plus précieuse qui soit !

Préparation – méthode 2 :

Si les fruits sont mous ou si l’on veut gagner du temps et s’éviter de longs efforts, la deuxième méthode est pour vous ! Là aussi, on coupe les cynorrhodons en 2 dans le sens de la longueur, puis on les met directement à bouillir 15 minutes en les couvrant d’eau.

L’avantage évident est qu’on évite ainsi la corvée d’épluchage… Mais pour se débarrasser du poil-à-gratter et des graines, il va falloir passer le mélange plusieurs fois au moulin à légumes, moyen puis fin, avec son eau de cuisson. Et pour moi, l’inconvénient est qu’on perd un peu de pulpe et qu’on ne connaît pas le poids de fruit sec pour doser le sucre.

Cela ne pose toutefois pas de problème si l’on destine la pulpe à une soupe ou une « sauce tomate ». Ceci dit, il m’est déjà arrivé de mettre le sucre au jugé et le résultat était délicieux !

Ingrédients :

  • la merveilleuse purée rouge issue de l’une ou l’autre des méthodes ci-dessus,
  • 400 grammes de sucre roux pour 500 grammes de fruits secs (voir méthode 1), sinon fiez-vous à votre instinct !
  • le jus d’un citron.

Pas besoin de pépins de pomme pour ajouter de la pectine, il y en a déjà dans les cynorrhodons.

les fruits de l'églantier font une délicieuse confiture maisonRecette :

  1. Verser la purée de cynorrhodons dans une casserole avec le sucre et le citron et recuire à feu doux pendant 15 minutes en remuant très régulièrement.
  2. Mettre la confiture ainsi obtenue en pots et en déguster une partie tout de suite avec ceux qui vous ont prêté main forte si vous avez suivi la méthode 1. Et si vous avez opté pour la méthode 2, gardez tout pour vous, vous l’avez bien mérité aussi !

recette d'oreilles garnies avec de la confiture de cynorrhodonsVous pouvez l’étaler sur du pain, la déposer comme un coulis sur une faisselle ou réaliser la recette de lunettes à la confiture de cynorrhodons que j’ai trouvée sur le blog de Cuisine Plurielle.

Moi, j’adore ça et j’aimerais toujours qu’il y en ait plus !

.

Si vous avez réalisé cette recette, quelle méthode avez-vous utilisée et qu’en avez-vous pensé ? N’êtes-vous pas d’accord que cette confiture est une bénédiction ?

.

Tags :

– comment faire de la confiture de cynorrhodons

– astuce pour préparer et cuisiner les fruits de l’églantier

– enlever les graines et le poil-à-gratter

49 réflexions au sujet de « La meilleure recette du mois de novembre ! »

    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour,
      Oui, cette recette a une saveur surprenante et la purée de cynorrhodon peut aussi servir de base pour une sauce tomate (on rajoute des petits oignons, du sel et un peu d’huile d’olive).
      Jérémie

      Répondre
  1. Anémone

    ce dimanche, j’ai cueilli des baies de cynorhodon dans les Cévennes ( il y faisait un temps superbe et une tiédeur printanière ; pur délice !) le gel est passé dessus, bien évidemment, je vais tester l’une ou l’autre des recettes, j’hésite encore entre la confiture ou la sauce. Des nouvelles lorsque ce sera fait et testé !

    Répondre
      1. Anémone

        J’en avais à peu près 300g une fois triés. Bien mûrs, j’ai donc utilisé la 2ème façon de les préparer, je les ai écrabouillés dans une passoire exprès pour les fruits (mais j’utilise un pilon en bois plutôt que leur système qui ne marche pas vraiment, puis à la main pour finir ! ^^), j’ai obtenu une belle pulpe, j’ai fait recuire les baies dans un peau d’eau pour les pressurer jusqu’au trognon. j’ai partagé ensuite ma pulpe en 2 parts, une pour la confiture, une pour la sauce. ( pour la sauce, j’ai rajouté oignons AOC des Cévennes (Normal puisque de même provenance que les baies et l’oignon doux des Cévennes est la Rolls des oignons !) huile d’olive des Baux, et pulpe de tomate.) Quant à la confiture, mon mari l’a goûtée (après avoir consommé une confiture du commerce) et verdict : plus fruitée et une texture fondante. L’an prochain, malgré les piqûres ( on prévoira des ciseaux ou autre matériel) on en cueillera en plus grande quantité. J’ai trouvé aussi un crâne de bélier dans les pâtures d’estive de la vallée du Bonheur mais je ne pense pas en faire de la confiture 😀 ! Les os et la laine étaient dispersés tout autour, les charognards se sont délectés de la carcasse (les vautours de la vallée de la Jonte, entre autres)

        Répondre
  2. Anémone

    Trouvé non loin de chez moi un bel églantier : résultat 5 pots de confiture de cynorhodon ! et un petit tout petit pot avec ce qui restait au fond de la casserole agrémenté de liqueur de salsepareille maison. J’ai préparé 1 pot de gelée d’Arbouses (c’est du boulot aussi !).
    J’ai fait hier soir des bricks au plantain suivant ta recette, miam miam ! merci Jérémie !

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Anémone et bonne année 😉
      Merci pour tes retours ! Je suis content que les bricks au plantain te plaisent.
      5 pots de confiture… Tu as dû y passer du temps ! Mais ça vaut le coup, je suis sûr que tu vas te régaler.
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  3. yacht monaco

    Oui effectivement les épines des cynorhodons sont bien là, mais après les bobos, passons à la confiture, avec cette recette je peux vous dire que votre cuisine ce transformera vite en boulangerie et pâtisserie, j’ai fais aussi une confiture de figue de barbarie, et je peux vous dire que c’est délicieux.

    Répondre
  4. Antony@Blog Sauna

    C’est bien la première fois que je vois une recette à base de ce fruit au nom imprononçable. Je n’ai jamais d’ailleurs rencontré ce genre de fruit dans ma région qu’est la région PACA. Surtout que la dose de vitamine C en notre saison, on attend que ca… en attendant que les jours se réchauffent

    Répondre
  5. kim@construction maison nice

    Moi qui suit de nature gourmande, j’ai goûte pas mal de choses et produits originaux mais jamais une telle recette qui me donne vraiment envie, car je suis un amateur de dégustation ! Merci pour la recette je vais la donner a ma mère pour qu’elle me prépare tous ça !! Je vous dirai ce que j’en pense…

    Répondre
  6. isabelle

    bonjour,
    Pour repondre à Antony,le cynorrhodon est aussi en région paca.Je le coupe en deux,le debarrasse de ses graine et les fait secher (à l’abri de la lumière) et les conserves dans un sachet papier.je les emplois dans une tisane avec tranches de citron et d’orange et feuilles de ronces (en nombre impair) pour les vilains rhumes de l’hiver.

    Répondre
  7. lea@serrurier antibes

    J’adore les fruits rouge et les gâteaux que demander de mieux ! Je me prends la recette et je vais essayer de me la faire si je trouve tout ce qu’il me faut car au premier regard ça a l’air très appétissant…Et je vous dirait ce que j’en pense !

    Répondre
  8. paul@beach hotel antibes

    Même si actuellement c’est pas la saison et je n’ai pas de quoi en faire, un truc qui est sur c’est que demain je vais essayer de trouver tout ce qu’il faut pour me préparer cette petite recette qui a l’air super ! Merci de partager car grâce a vous je vais surement me régaler.

    Répondre
  9. leo@maigrir hypnose

    Ma grand-mère me fait les mêmes avec de la confiture de fraise et c’est vraiment trop bon ! D’ailleurs quand je regarde la photo ça me rappelle des souvenirs…Mais cette recette la a l’air pas mal du tout aussi, je vais la prendre et lui donner pour qu’elle le la fasse !

    Répondre
  10. loane@plaque funeraire

    J’ai pris la recette la semaine dernière sur ce blog et je l’ai faite chez moi ! Malheureusement ne n’ai pas trouvé de cynorrhodon donc je l’ai remplacé avec de la fraises de saison et c’était un vrai délice… Et je vous remercie pour cette recette qui est au top.

    Répondre
  11. arnaud@Immobilier Nice

    Bonjour,

    pour ma part je n’avais jamais entendu parler d’un tel fruit … Est-ce-qu’on en trouve de partout ?

    Moi qui suit dans les Alpes Maritimes je ne sais pas si c’est possible d’en trouver.

    Marrant en tous cas, ou alors ils ont plusieurs noms ??

    Répondre
    1. claire

      Marrant ça… Je ne suis pas du tout de la région PACA, mais je crois que mon père qui y a passé qqs années m’a fait découvrir le fruit sous son nom niçois … A l’oreille ça ressemblait à gratacao…

      Répondre
  12. eden@anti tiques

    C’est un délicieux biscuit d’antan revisité que nos grands-mères devraient adoptés, j’ai moi même essayer la recette mais avec de la confiture de fruits rouges et c’est une véritable merveille donc mes enfants raffolent !

    Répondre
  13. NAN

    Bonjour!!
    Pour les cynorhodons c’est encore un peu tôt………
    Je suis plutôt dans les gelées actuellement:
    de fleurs d’acacia (perso: bof,bof….)
    de coquelicot (mmmmm)
    de sureau (ma préférée….!)

    Répondre
  14. paul@jacuzzi nice

    Cette recette ressemble fortement a celles de ma mère sauf qu’elle mets de la confiture de fruits rouges a l’intérieur, je vais vous prendre cette recette pour la faire et je vais attendre l’automne pour la réaliser avec de la confiture de cynorrhodons car pour le moment que pense que ça doit pas être facile a trouver 🙂

    Répondre
  15. iris@serrurier le cannet

    Ce fruit est inconnu pour moi mais par contre ces gateaux ressemble a ceux que ma mère me fait le dimanche ! Et vu que la saison de ce fruit est en novembre je vais patienter jusque la pour en acheter et faire cette recette qui as l’air super bonne 🙂

    Répondre
  16. armand@radio bio

    Merci de partager avec nous cette recette de saison qui est pour bientôt, car je n’ai jamais goûté ce fruit et ça va être l’occasion car j’ai récupéré la recette mais ça ressemble étrangement aux gâteaux que ma grand mère me faisant quand j’étais petit et sa va surement me rappeler des souvenirs…

    Répondre
  17. http://www.masdugrandvallon.com

    Cette article m’as interpellé en parti par la photo qui le précède, je trouve que ce gâteau a l’air vraiment très bon et vu que la saison s’approche, je vais récupérer la recette pour me la faire vu qu’il faut des fruits de saison je pense que ça va être pour bientôt ! Merci de partager cette recette avec nous et je vous ferai un retour pour vous dire ce que j’en pense 🙂

    Répondre
  18. http://www.generationcooking.com

    Merci de nous faire découvrir cette recette qui me fait pense aux gâteaux que je mangé quand j’étais petit, mais je ne connaissais pas ce fruit avant de lire cette article. Je vais donc attendre la bonne période pour pouvoir la réaliser. Merci pour la recette

    Répondre
  19. Auvairniton Bourgrire

    Et dire que j’en ai plein le jardin chaque année. Je ne pensais pas que cela pouvais se concommer (purée, confiture etc ..) mais je vais essayer pour voir !!
    Pour ce qui est du poil à gratter je m’attendais à une astuce pour s’en débarasser dans le sens ou ça gratte ! hihi

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour,
      J’espère que le goût vous plaira alors 😉
      Pour les poils, ils ne grattent pas les doigts quand on épluche les cynorrhodons, heureusement !!! Car je ne connais aucun remède contre eux, à part une bonne douche !

      Répondre
  20. tallement

    Vous pouvez faire aussi de la confiture de baies de sureau encore plus savoureuse ,,,,, pour l eglantier je n attends pas les gelées je les mets entières au congélateur!!!!

    Répondre
  21. Sylvie

    Aujourd’hui,j’ai fait de la gelée toute simple de baies d’églantier.
    Je savais que la confiture prend un temps fou:j’ai contourné le problème en utilisant une autre méthode.
    j’ai disposé le baies dans une casserole avec de l’eau. J’ai porté à ‘ébullition. J’ai recceuilli le jus obtenu. J’ai renouvellé l’opération. J’ai cuit le jus avec un demi sachet de sucre géifiant et ajouté 200G de sucre. Le résultat m’a étonné Quelle merveille.

    Répondre
  22. Elisabeth

    Votre article m’a encouragée à faire de la confiture de cynorhodons. En vacances en Lozère et faute de champignons cette année ….
    Elle est excellente ! J ai utilisé la méthode 2 mais sans couper en 2 les baies : j’ai seulement coupé avec un couteau céramique (je crois que cela empêche l’oxydation du fruit) la pointe en entamant un peu la peau côté opposé à la queue (ainsi à la cuisson à l’eau l’intérieur du fruit est bien cuit et assez facile à mouliner). Temps de cuisson à l eau 30 mn et avec le sucre 30 mn aussi. Je suis ravie de cette réussite qui va régaler toute la famille ! Merci merci merci ….

    Répondre
  23. Nicole

    Bonjour
    J ai déjà fait cette confiture il y a 3 ans, vu le travail demandé, nous l’economisons !!!
    J’avais rencontré une personne au parc des »chibotttes  » vers le Puy en Velay qui avait une recette suisse: elle laissait macérer les cynorhodons 24 heures dans du vin blanc. C’est ce que je vais essayer avec le kilo et demi. Que je viens de ramasser !!!

    Répondre
  24. Hug

    Bonjour,
    Je fais cette confiture depuis quelques années et je me suis simplifié la vie!!!
    Aprés la cueillette je ne retire rien, je rince mes baies et les fait cuire dans de l’eau puis ensuite je les passent 2 fois au moulin à légumes grille fine .
    Puis je pése 75o gr de sucre pour 1 kgs de fruit .je fait cuire et met en pot que je retourne.
    Cela fait des années que je fait comme ça et c’est délicieux.

    Répondre
  25. Mamie confitures

    Bonjour,
    Suite à ma recherche de confiture de cynorhodon, je suis arrivée sur votre publication, et bien vous vous compliquez la vie pour élaborer votre confiture…
    Lorsque j’habitais la Franche-Comté du côté de Montbéliard (où je trouvais beaucoup plus d’églantiers que dans la PACA, où je réside à présent), je confectionnais la mienne beaucoup plus simplement que vous…
    ==================================================================
    – Laver, équeuter, ébarber et fendre en 2 les cynorhodons
    – Les mettre tel-quel à cuire, avec juste assez d’eau pour qu’ils ne brûlent pas, dans une cocotte minutes, à feu tréééés doux, 8 mn à partir du chuchotement de la soupape
    – Les passer au moulin-légumes avec la grille minis-trous, afin de séparer les akènes de la pulpe (c’est l’épisode le plus fastidieux), les réserver pour encore récupérer ce qu’il y resterait de pulpe en les diluant avec un peu d’eau, passer dans une passoire fine, récupérer ce liquide…
    – Entre (…) je ne retire pas les « poils » car ils seront cuits et mous, donc plus urticants, ne le sont que lorsqu’ils sont crus
    – Peser cette pulpe, y ajouter 500 grammes de sucre cristallisé pour 1 kg de pulpe, ajouter l’eau que vous aurez récupérée du « rinçage » des akènes, bien mélanger « sucre-et-pulpe »
    – Laisser « reposer » toute la nuit au frigo, la cocotte SEB est idéale pour servir de bassine à confiture, mais sans son couvercle cette fois, le sucre va fondre tout seul et se déposer au fond avec le liquide contenu dans la pulpe, ne surtout pas remuer l’ensemble et mettre à cuire à feu moyen (toujours sans remuer) le liquide restera au fond et vous évitera de remuer constamment, c’est un truc que j’utilise pour toutes mes confitures
    Lorsque la confiture bouillonne, ralentir le feu, cuire 5 mn, puis rajouter de l’eau si les bouillons indiquent une purée épaisse (gros bouillons qui font floc-floc et non de la mousse fine) enfin remuer le tout pour vérifier l’épaisseur de la confiture, rajouter de l’eau si vous la trouvez trop épaisse
    Et oui, la chair des cynorhodons est très peu juteuse, donc besoin de rajouter de l’eau, je ne rajoute pas de jus de citron, qui je trouve dénature la saveur exquise du fruit de l’églantier, la confiture est prête à être mise brûlante en pots bien propres et séchés, fermer de suite si vous utilisez les pots de récup. genre « Bonne Maman » ou du papier cellophane, la stérilisation est faite instantanément, pas utile de retourner le bocal, comme certaines le préconisent sur le net … :-(( !
    Cordialement « Mamie confitures »

    Ps : Je n’ai pas trouvé dans mes recherches si les cynorhodons des rosiers cultivés étaient aussi comestibles, car certains possèdent de très gros fruits à voir ici :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_rugosa

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *