Guide des 3 plantes sauvages les plus faciles à cuisiner

(12 avis client)

0.99 

Quels plats pourriez-vous déguster si vous saviez reconnaître parfaitement ces 3 plantes sauvages et les cuisiner ? (sans risque d’intoxiquer vos proches !)

fleche-bas-telecharger-icone-5639-16  envoi immédiat par e-mail au format pdf.

Catégorie : Étiquettes : , ,

Description

Il y a quelques années, je me sentais très limité concernant la consommation des plantes sauvages qui nous entourent, comme beaucoup de gens qui n’osent pas en cueillir de peur de les confondre avec des plantes dangereuses… J’ai même failli m’intoxiquer un jour où j’ai osé franchir le pas, en prenant des feuilles de sureau pour de l’égopode (heureusement que mon corps a eu la bonne idée de rejeter le plat que j’avais concocté, assez amer malgré toute la crème fraîche ajoutée !). J’étais frustré de ne pas pouvoir profiter des bienfaits qu’offre la nature, pourtant à portée de la main…

Puis j’ai décidé de me former auprès du spécialiste français des plantes sauvages comestibles : François Couplan. Son stage m’a vraiment fait voir les choses d’un autre oeil et acquérir les connaissances nécessaires pour cueillir et cuisiner en toute sécurité. Depuis, je cuisine régulièrement plusieurs plantes selon les saisons et mes promenades, comme cette recette au saumon. Je me régale et mes proches ont changé d’avis sur mes expérimentations culinaires 🙂

Alors j’ai une bonne nouvelle pour vous parce que c’est une partie de ce savoir que je partage dans ce livre : les 3 plantes sauvages les plus faciles et les plus sûres à cueillir et à cuisiner ! Disponibles partout en Europe et toute l’année (ou peu s’en faut).

Grâce à ce livre, en quelques minutes, vous serez capable de :

  • reconnaître à coup sûr ces 3 plantes sauvages comestibles, sans avoir à suivre des études de botanique (grâce à la partie 1),
  • les cuisiner selon 3 recettes faciles et savoureuses, qui intrigueront vos proches (grâce à la partie 2).

Et si vous avez déjà l’habitude de la cuisine sauvage, je pense que vous allez adorer ces 3 recettes (ou un peu plus, si vous suivez mes conseils) !

Autant le dire, quand je feuillette des livres de cuisine, ce qui retient mon attention, c’est la qualité des photos et de la mise en page. Alors j’ai décidé d’y apporter un grand soin. Pour cela, j’ai été aidé par mon amie Kahina Loumi pour la mise en scène des recettes, les photographies et le design de ce livre numérique.

Bonne lecture et… bon appétit !

12 avis pour Guide des 3 plantes sauvages les plus faciles à cuisiner

  1. verdenal

    Moi qui suit végétarienne, la soupe d’ortie est parfaite niveau protéines !

    • Jérémie (client confirmé)

      Oui, il y a en fait beaucoup de feuilles de plantes sauvages qui présentent une forte teneur en protéines complètes, ce qui permet du moins en partie aux végétariens d’éviter de rechercher sans cesse la combinaison céréale-légumineuse.

  2. marie

    très instructif, la nature est tellement riche… exemple de mon dîner ce soir : coprins, ail des ours, tomates, bouquet garni, courgettes, ortie, panais, fleurs de pissenlit. J’ai blanchi les orties et les jeunes pousses de panais ainsi que les champignons. Ensuite tout ça dans une cocotte (avec couvercle) avec le reste des ingrédients et un peu d’eau : 1 h de cuisson au four à 175°. Je suis fière de manger du local (potager + cueillette). Evidemment l’ail des ours est haché puis arrosé d’huile d’olive et d’un peu de sel, je mets en pots de verre au congélateur. Ma cueillette pour le repas est faite du jour, il n’y a pas mieux pour la fraîcheur des aliments à engloutir le soir même. J’ai même ramassé quelques pommes chez mon grand-père propriétaire de quelques vignes qui regorgent encore de « grapillons » de pinot noir hyper sucrés. Je les réserve pour une tarte demain midi (pomme + raisins+rhubarbe du congel)
    Elle n’est pas belle la vie…?!…

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonjour Marie et merci pour cette recette appétissante ! Et je devine d’ici que tu vas te régaler avec ta tarte !
      Un jour, j’avais cueilli des coprins et le soir même ils commençaient à se gâter… J’ai l’impression que c’est une espèce de champignons fragiles qu’il vaut mieux cueillir au tout dernier moment. Ceci dit, ils étaient très bons.
      A bientôt,
      Jérémie

  3. marie

    A propos des coprins, effectivement il faut faire attention. Après la cueillette : tout faire le même jour : les nettoyer, les cuire, les consommer SANS ALCOOL : les 2 ne font pas bon ménage. Ce champignon est à consommer dans son état jeune quand il est tout blanc quand il commence à s’ouvrir il noircit cette partie est à jeter, ne garder que la matière blanche !
    Si la cueillette est importante on peut les congeler.
    A consommer avec des aromates, épices au grès de nos envies…..

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonjour Marie et merci pour ces infos sur les coprins. Je ne savais pas qu’il fallait éviter l’alcool avec et je ne pensais pas non plus, vu leur apparente fragilité, qu’on pouvait les congeler. C’est bon à savoir !
      Jérémie

  4. Christian de conseils jardinage

    Bonjour,

    très bien ce petit guide.
    J’adore récolter et manger « sauvage ». Je trouve qu’on a un panel de saveur très intéressant.
    En ce moment ou les salades du jardin se font rare, je récolte dans la campagne ( et il y a de quoi). Pour une salade verte variée, je récolte souvent : pissenlit (bien entendu) mais aussi jeunes feuilles de violettes, jeunes feuilles de primevière, jeunes feuilles de pâquerettes, épilobe, laitues sauvages, jeunes laiterons, jeunes feuilles de mauve, plantain, oxalis, coquelicot et bien d’autres .
    Ces salades mélangées ont un goût incomparable. Quelques noix la dessus, un bout de fromage et c’est le paradis.

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonsoir Christian,
      Effectivement, la gamme des saveurs est large et surprenante 😉 J’aime beaucoup le goût acidulé de l’oxalis.
      Par contre, je n’ai encore jamais goûté de feuilles de violettes ni de primevères et ne savais pas que les feuilles de coquelicot étaient comestibles (j’ai un souvenir de grande amertume d’avoir mis une tige cueillie un jour dans ma bouche !).
      A bientôt,
      Jérémie

  5. Anémone

    Excellent petit livret d’autant plus qu’il s’agit de plantes communes.
    J’ai moi-même cuisiné l’ortie en soupe avec des pommes de terre et le plantain avec d’autres herbes sauvages pour une soupe. Les recettes du guide sont intéressantes, faciles à mettre en œuvre. (dans mon jardin sauvage poussent les 3, j’irai en cueillir pour les préparer)
    En ce moment, je ramasse les blettes sauvages ( un gratin au goût suave), la terre grèpe, la campanule raiponce, les poireaux sauvages ( en beignets, en soupe, en tarte), la laitue du maraîcher (ou laiteron, je crois), la bourse à pasteur, et je vais aller piller quelques oliviers abandonnés, bien sûr ! Je pense trouver aussi des salsifis et des caoulechous pour la soupe. Et le thym pour les refroidissements de saison, bien que ce ne soit pas la meilleure saison pour le cueillir.
    Bon appétit à tous

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonjour Anémone,
      Mmmh… les blettes sauvages en gratin, ça doit être très bon ! Et les oliviers abandonnés, quelle aubaine. Une année, j’ai habité à côté d’un verger de pommiers abandonnés, je me suis régalé.
      Par contre, je ne connais pas la terre grèpe ni les caoulechous, qu’est-ce que c’est ?
      Si tu fais l’une des trois recettes, n’hésite pas à venir donner tes impressions !
      Jérémie

  6. Calais

    Super livret ! Merci !
    Je me demande tout de même ce que veut dire spp ?

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonjour !
      Merci pour le commentaire 😉
      Spp est l’abbréviation de « species pluralis » en latin, ce qui veut dire « plusieurs espèces ». Taraxacum spp = toutes les espèces du genre Taraxacum (pissenlit). On utilise souvent ça quand on ne sait pas déterminer précisément les différentes espèces (assez difficile chez le pissenlit).
      Jérémie

  7. NANCY

    Ce livret est super,
    je n’ai pas encore testé les recettes car pas beaucoup de plantes en ce moment les orties sont a peine visible le plantain j’en ai au jardin mais pareil l’hiver c’est pas top!!
    des que j’aurai testé une de tes recette je te laisserai mon avis ….

    Merci a toi pour ce partage!

  8. anny

    bonjour du morbihan
    je viens de découvrir votre site
    très intérressant ,je découvre les plantes sauvages comestibles
    et comment les cuisiner
    pour ce qui est du fenouil je suppose que le bonbon végétal est avec les tiges fraiches
    pour ma part à l’automne dernier j’ai cueilli les graines et je les ai consommé en tisane tout au long de l’ hiver
    peut utiliser les mêmes graines en cuisine

    merci ANNY

  9. armandebuzz

    Dans mon jardin foufoufou parce que les abeilles ont la priorité, j’ai semé une fois des bettes perpétuelles, et elles le sont ! On laisse grainer un pied et on en a toute l’année. Les côtes sont plus vertes que la poirée cultivée, moins larges, mais bien plus goûteuses.
    Le poireau perpétuel reste tout petit chez moi (terre sableuse) mais permet d’en avoir aussi toute l’année. De même pour la tétragone rampante qui se resème partout, mais gèle aux frimas. Je laisse pousser pour les abeilles la mauve, toute douce dans la salade et les potages et la bourrache envahissante mais aux fleurs au goût d’huître, si bleues.
    J’ai aussi laissé grainer le fenouil, et tout l’hiver je cueille les petits bulbes juteux,
    et tendres, rien à voir avec les énormes bulbes du supermarché.
    Evidemment l’ortie pousse dans les endroits où les mollets des enfants ne vont pas. Et je suis contente, merci Jérémie, d’avoir une recette de plantain. Et le pesto de pissenlit est succulent.
    Encore des recettes !
    Et je vous en enverrai dès que j’aurai retrouvé un vieux fascicule sur la cuisine des plantes sauvage qui est au fond de mon placard… la honte !
    Armandebuzz
    J’arrête là pour aujourd’hui.

  10. Véronique

    Bonjour,

    Je m’intéresse depuis peu au sujet des plantes sauvages à consommer, pour le moment n’ai pas encore oser me lancer dans la cueillette des plantes dans la nature pour les consommer.
    Je trouve votre livre vraiment très bien fait. Il utilise des termes simples et clairs, la présentation est agréable : photos très jolies et qui « donne envie », mise en page conviviale et aérée.
    J’aimerai bien m’inscrire à des « sorties » entre personnes qui font déjà de la cueillette en région parisienne.
    Je vous remercie pour tous ces infos.
    Bien cordialement.
    Véronique

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonjour Véronique,
      Je sais que François Couplan organise parfois des sorties en région parisienne, n’hésitez pas à aller consulter son site internet. Ça peut être un bon moyen de commencer la cueillette.
      Merci pour votre avis sur mon livret, ça me fait plaisir !
      A bientôt,
      Jérémie

  11. Catherine Sandré

    Merci pour ce petit guide très clair et ses recettes facilement réalisables que je vais expérimenter dans les jours prochains. Je suis venue sur votre Blog en recherchant des renseignements sur la mauve et la cueillette de ses fleurs. J’ai trouvé des renseignement précieux. Je ne peux déjà plus cueillir les feuilles, ce sera pour l’année prochaine…
    Merci pour ce travail que vous réalisez et qui me permet de progresser en les lisant.

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonsoir Catherine et merci pour votre commentaire, je suis ravi que mon blog vous permette de progresser.
      A bientôt,
      Jérémie

  12. Fred de Ecrire… et s’enrichir !

    Merci pour ce guide à petit prix !
    Etant très sensible à l’esthétique des choses, j’ai beaucoup apprécié la qualité de la présentation du livre, même si ce n’est pas le plus important.
    Ce guide est à l’image du blog : très riche en informations et en conseils. Je vais dès ce soir tester la soupe qui me tente beaucoup.

    • Jérémie (client confirmé)

      Bonjour Fred,
      Content que l’aspect du livre te plaise, j’y ai effectivement apporté beaucoup de soin. J’espère que tu t’es régalé avec ta soupe d’ortie.
      A bientôt,
      Jérémie

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *