Dernière étape du tour d’horizon du monde végétal : les végétaux supérieurs (partie 3)

Pour terminer ce tour d’horizon des grands groupes de plantes, commencé par un aperçu de leur classification puis les végétaux inférieurs, voici un article sur les végétaux supérieurs, ceux qui ont des vaisseaux pour conduire leur sève !

On y distingue 3 grands groupes : les fougères, les conifères et les plantes à fleurs. Je vous propose de découvrir leurs caractéristiques et de voir des exemples de plantes utilisées dans chaque groupe.

utilisation des fougères, des conifères et des plantes à fleur

Des racines et des vaisseaux grâce aux fougères

À partir d’ici, on entre dans le monde des végétaux supérieurs, qualifiés de « vasculaires » ! Vasculaire, c’est l’adjectif de vaisseaux. Nous, nous avons des vaisseaux pour transporter notre sang, les plantes supérieures, elles, ont des vaisseaux pour transporter la sève entre leurs différents organes.

Ce sont les fougères qui ont « inventé » les organes racines et vaisseaux, il y a des millions d’années. Dans l’ordre de l’évolution, avant les fougères, ce sont les mousses (et encore avant, les algues) et elles n’ont ni racine, ni vaisseaux et ne poussent que dans des milieux humides.

Ces fougères « ingénieuses » ont connu une formidable extension pendant le Carbonifère, car racines et vaisseaux leur ont donné un avantage évolutif majeur sur les autres plantes de l’époque : elles peuvent pousser dans les zones sèches à condition qu’il y ait de l’eau dans le sous-sol.

sève brute et sève élaborée dans les vaisseaux d'une plante supérieureLes fougères ont donc des racines, des tiges et des feuilles. Elles n’ont pas inventé la fleur, ni le fruit et se contentent encore d’une reproduction à base de spores libérées dans le milieu et tributaires des aléas du vent.

Les racines prélèvent l’eau et les minéraux du sol, puis confient cette eau salée, appelée sève brute, aux canaux de sève qui l’emmènent jusqu’aux organes feuilles. Les canaux de sève brute sont appelés xylème.

La véritable sève est élaborée dans les feuilles : l’eau salée y est enrichie des sucres produits par la photosynthèse. Cette sève élaborée est ensuite distribuée par les canaux du phloème à tous les organes de la plante pour les nourrir en sucres (jeunes feuilles, fleurs, fruits, tiges, racines…). Et oui, les cellules des plantes, comme les nôtres, brûlent du sucre en présence de dioxygène pour obtenir l’énergie nécessaire à vivre : c’est la respiration cellulaire.

Chez les fougères, peu d’espèces comestibles :

  • equisetum à manger ou en purinles jeunes pousses tendres des prêles, riches en minéraux (silice) tant qu’elles ne sont pas trop dures.
  • les jeunes frondes des fougères aigles lorsqu’elles sont encore enroulées. François Couplan dans son guide des plantes sauvages recommande de les cuire à l’eau pour en éliminer les toxines et le goût amer. Je n’ai jamais essayé d’en manger car la toxicité de la plante crue m’en a toujours dissuadé. Le rhizome est riche en amidon, mais il faut aussi le cuire pour en éliminer les toxines.

Pour le jardin, on utilise du purin de prêles contre les maladies cryptogamiques (mildiou, oïdium, rouille, cloque…).


Les conifères et leurs graines nues

Larix, le mélèze fait partie de la famille botanique des conifèresAprès les fougères sont apparus les conifères qui sont en fait les premières plantes à graines. Leur feuillage est persistant et leurs graines sont nues car ils n’ont pas encore inventé d’enveloppe pour protéger les ovules. On les appelle les gymnospermes : du grec « gymno » = nu, « sperme » = semence.

Je précise tout de suite qu’après la fécondation par le pollen, les ovules donnent des graines et les ovaires donnent des fruits. Donc retenez bien : pas d’ovaire chez les conifères (ça rime) ! Donc pas de fruit.

Les organes reproducteurs sont regroupés sur des rameaux fertiles en forme de cône. Les cônes mâles produisent du pollen qui va grâce au vent féconder les cônes femelles contenant des ovules.

Les conifères sont des arbustes ou des arbres à bois tendre qui dominent souvent dans les régions froides. Mais ce groupe de plantes est en déclin face aux plantes à fleurs (plus que 650 espèces aujourd’hui).

Certaines parties de conifère sont comestibles :

  • Juniperus communis, le genévrier est un conifère aux baies comestiblesles fameux pignons des pommes de pin pour le pesto de pissenlit (voir mon guide de recettes),
  • les jeunes pousses vert tendre d’épicéa, sapin, mélèze, dont le goût acidulé est rafraîchissant dans des salades printanières,
  • les baies du genévrier dans la choucroute ou les pâtés végétaux (attention, cette baie est un cône femelle charnu et non pas un fruit car, rappelez-vous, il n’y a pas d’ovaire chez les conifères).

Les plantes à fleurs ont révolutionné le monde végétal

Les plantes à fleurs sont appelées angiospermes : du grec « angio » = enveloppe, « sperme » = semence. Elles disposent d’un avantage évolutif de taille qui leur a permis de devenir le groupe végétal dominant aujourd’hui (300 000 espèces, plus selon certains auteurs) :

  • la fleur permet une reproduction sexuée aidée par le vent ou les insectes pollinisateurs (coévolution),
  • un ovaire enveloppe les ovules et donnera le fruit.

la pomme protège les graines, c'est une angiosperme

Il existe deux grands groupes de plantes à fleurs : les monocotylédones et les dicotylédones. Pour faire simple :

  1. les dicotylédones ont deux préfeuilles à la germinationles monocotylédones ont une seule pré-feuille lors de la germination. Elles ne savent pas fabriquer de bois et sont donc  le plus souvent des herbes (très peu de port arborescent : palmiers, bananiers), avec des feuilles à nervures parallèles et des épis de fleurs et de fruits. Elles comptent dans leurs rangs les céréales (riz, maïs, blé), les orchidées, les bambous…
  2. les dicotylédones ont deux pré-feuilles lors de la germination (voir photo ci-contre). Elles peuvent être herbacées, arbustives ou arborescentes (elles savent fabriquer du bois pour faire un tronc). Elles ont souvent des fleurs et des fruits souvent bien voyants : pommiers, tomates, pissenlits, chênes, haricots…

Le fruit permet la protection des graines dans une enveloppe et sert de réserve de sucres autour des graines pour aider la jeune plantule à se nourrir pendant les jours suivants la germination, quand elle n’est pas encore capable de se nourrir seule grâce à la photosynthèse faite dans ses feuilles. On dit qu’à ce stade la plantule est hétérotrophe (= elle se nourrit d’un autre être vivant, comme les animaux). Le démarrage est donc facilité.

Le fruit est également un atout évolutif énorme sur les plantes qui n’en fabriquent pas car il a conduit les êtres humains à cultiver ces plantes pour s’en nourrir (coévolution). Certaines de ces plantes ont donc pu, grâce à l’agriculture, conquérir l’ensemble de la planète (pommier, tomate, riz, maïs).

les fleurs des orchidées sont prisées pour leur beauté

D’une façon plus large, d’autres plantes ont bénéficié d’interactions mutualistes avec les humains pour se répandre sur les continents. Voici de nombreux exemples, mais cette liste est loin d’être exhaustive :

  • pour la beauté de leurs fleurs : rosiers, orchidées (vous pouvez commander des fleurs en ligne ici) ;
  • pour leur parfum : rose ;
  • pour leurs alcaloïdes : fleurs de cannabis, capsule du pavot ;
  • pour leurs fibres : coton, chanvre ;
  • pour leur bois d’œuvre ou de chauffe : Douglas, chêne ;
  • pour leur pouvoir édulcorant : stevia ;
  • pour leurs vertus médicinales et aromatiques : menthe, tea tree, thym.

La liste est tellement longue que l’on peut dire que l’homme et les plantes à fleurs ont suivi une coévolution (comme avec les insectes pollinisateurs).

.

Voici donc la fin de cette série d’articles introductifs à la classification végétale. J’espère qu’ils auront défriché le terrain pour les novices et appris certains éléments aux botanistes confirmés.

.

Tags : – cours de botanique facile

– utilisations des plantes à fleur

21 réflexions au sujet de « Dernière étape du tour d’horizon du monde végétal : les végétaux supérieurs (partie 3) »

  1. loisirs-en-ligne

    Bonjour,

    Un cours qui nous fait découvrir un peu plus les merveilles de la nature! Merci pour ces nombreuses informations qui nous confortent à vouloir protéger et respecter l’environnement encore plus. Je n’hésiterai pas à commander des fleurs via votre blog et j’espère profiter encore plus de vos conseils.

    Répondre
  2. Pasty

    Merci d’éclairer nos lanternes sur ce qui nous entoure! je ne savais d’ailleurs pas que les pousses de fougères et de prêles étaient comestibles! Je ne vais peut-être pas tenter le coup de les goûter personnellement mais au moins j’en sais un peu plus.

    Répondre
  3. Cammie

    Il est clair que l’homme et la nature se complètent! En tout cas, cette classification végétale (très bien structurée!) m’a permis d’en apprendre vraiment plus et trouver réponse à quelques questions que je me posaient notamment sur la coévolution. Merci pour cette étude et ce partage très instructif.

    Répondre
  4. Danika

    J’ai suivi tous les cours et j’en suis sortie un peu plus « cultivée » qu’avant. Ayant un peu la main verte, j’ai pas mal de ces plantes dans mon jardin sans vraiment les connaître et c’est chose faîte maintenant! Merci pour ce partage!

    Répondre
  5. Mosely

    Un tour d’horizon qui nous en apprend un peu plus sur la nature. Merci de nous avoir fait partager votre analyse sur l’évolution de ces plantes. Que nous réservez-vous la prochaine fois?

    Répondre
  6. edith@alticoop

    Pour ma part étant randonneur, il est vrai que la nature regorge de bienfaits si divers que cela est trop peu mis en avant lors d’excursions, car prendre le temps de contempler la nature et surtout ce qui est sous nos yeux reste une véritable mine d’or !

    Répondre
  7. lisa@radio bio

    Article très pertinent. La nature est envahie de bonnes surprises. On ne s’imagine pas le nombre de plantes qui ont des bien faits sur notre santé. Je vous remercie pour le partage de ces informations.
    A bientôt.

    Répondre
  8. Sylvain

    Je ne suis pas botaniste mais j’adore les fleurs. Ce qui m’a un peu frappé c’est le fait qu’on puisse manger quelques espèces de fougères (que je n’oserai pas essayer), et les conifères parce qu’il y en a plein là où je travaille. Alors merci de tout cœur !

    Répondre
  9. mycosmetik

    Un article passionnant sur les plantes. moi j’utilise les plantes pour faire mes cosmétiques bio et je trouve que les plantes ont des vertus pour la peau excellentes. J’ai vu que tu as fait un article sur l’utilisation des plantes médicinales en alimentation, j’aimerai bien essayé aussi.

    Répondre
  10. Anthéa

    Avant la lecture de cet article, si une personne m’avait posé la question quelles sont les parties comestibles d’un conifère je n’aurais pas pensé aux pignons des pommes de pin et baies du genévrier.

    Merci pour ce petit cours de botanique accessible pour les amateurs de fleurs agrémenté de belles photos.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *