Pissenlit, la salade sauvage la plus connue : carte d’identité

Dessin du pissenlit : feuilles, fleurs, fruits et racine

Noms communs : pissenlit, dent-de-lion. Ce 2e nom est à l’origine du nom latin Taraxacum dens-leonis que lui a donné Desfontaines et de son nom commun anglais « dandelion ».

Nom latin : Taraxacum officinale (Weber)

Famille : Composées ou Asteracées

Description :

  • plante vivace en rosette de 3 à 30 cm, contenant un latex blanc dans toutes ses parties.
  • feuilles glabres de taille et de forme variable, souvent dentées (origine du nom dent-de-lion), parfois entières.
  • hampe florale creuse portant une inflorescence jaune d’or et solitaire, formée d’une dizaine de fleurs toutes ligulées, avec un involucre fait de très nombreuses bractées aiguës. Cette hampe est dépourvue de feuille.
  • fruits en akènes surmontés d’un plumeau bien connu nommé aigrette, servant à la dissémination par le vent (sur des centaines de mètres).
  • racine charnue et profonde, brune à l’extérieur et blanche à l’intérieur, servant à la multiplication de la plante.

Le fruit du pissenlit est un akène avec un plumeau

Propriétés : le pissenlit contient de la lactupicrine, le même principe amer que dans la laitue (qui est un de ses proche parent dans la famille des Astéracées). Les feuilles sont riches en protéines équilibrées en acides aminés, en provitamine A (plus que la carotte), en vitamines C, B et E.

Il possède des vertus toniques, dépuratives, laxatives, diurétiques, stomachiques et cholagogues. Il est consommé depuis l’Antiquité pour faire des cures de printemps pour nettoyer l’organisme et notamment le foie.

Habitat : presque partout : dans les prés, les friches, les jardins et les talus, souvent en colonies, jusqu’à 3000 mètres d’altitude.

Utilisations possibles : on peut manger les feuilles crues en salades (le pissenlit a autrefois été cultivé comme plante à salade), en pesto (voir mon Guide de recettes) ou cuites comme des épinards.

Les fleurs, également comestibles, peuvent agréablement décorer décorer vos plats ou être cuites en confiture. Pour en savoir plus, reportez-vous à l’article Régalez-vous avec le miel de fleurs de pissenlit !

Les boutons floraux peuvent être préparés dans du vinaigre à la façon des câpres.

La racine torréfiée fait un excellent succédané de café, comme sa proche parente la chicorée.

Anecdote : une espèce proche a été cultivée en Russie pendant la 2e Guerre Mondiale pour produire du caoutchouc à partir de son latex et ainsi fabriquer des pneus… !

Ces fleurs ressemblent au pissenlit mais n'en sont pas, attention à la confusion !

Confusions possibles : hors floraison, confusion possible des feuilles avec d’autres plantes en rosette. Il faut se rappeler que le pissenlit a des feuilles glabres = sans poil.

En fleur, on peut le confondre avec d’autres plantes à fleurs jaunes composées, comme celle ci-contre. Il faut se rappeler que la fleur du pissenlit est solitaire au bout de sa hampe et que cette hampe n’est pas ramifiée. Vous remarquerez que ce n’est pas le cas sur cette photo où l’on voit nettement la ramification des pédoncules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *