Reconnaître la carotte sauvage quand sa racine est bonne : carte d’identité

planche botanique de carotte sauvage, Daucus carotaLa racine de la carotte sauvage est délicieuse uniquement la première année. Le challenge est de réussir à la reconnaître sans ses fleurs, qui n’apparaissent que la deuxième année…

Nom commun : carotte sauvage

Nom latin : Daucus carota (L.)

Famille : Apiacées (anciennement Ombellifères)

Description :

  • plante herbacée bisannuelle de 30 cm à 1m, couverte de petits poils raides sur les tiges et les feuilles.
  • tiges dressées et ramifiées, souvent striées dans le sens de la longueur.
  • feuilles dégageant au froissement une odeur caractéristique de carotte. Les feuilles de la base sont en rosette et d’autres sont disposées sur les tiges. Elles sont profondément divisées en lobes dentés, ovales ou allongés.
  • fleurs petites et blanches, n’apparaissant que la deuxième année de vie de la plante entre mai et octobre. Elles sont réunies en grandes ombelles regroupant 20 à 30 ombellules (voir Glossaire), avec souvent une fleur pourpre, stérile et caractéristique au milieu. L’involucre et les involucelles sont composés de bractées divisées en lobes pointus.
  • ombelle de fruits mûrs de Daucus carota, repliée en "nid d'oiseau"fruits recouverts de petits poils accrocheurs, dégageant eux aussi au froissement une odeur très aromatique mais différente de celle des feuilles. L’odeur de ces fruits rappelle la térébenthine quand ils sont encore très verts, puis la poire Williams à mesure qu’ils murissent. A ce moment, l’ombelle se replie sur elle-même en une forme que l’on qualifie de « nid d’oiseau ».
  • racine pivotante développée et charnue, de couleur blanche à violacée, à l’odeur caractéristique de carotte (forcément me direz-vous !). Très tendre la première année, elle devient ligneuse (= boisée et par conséquent immangeable) l’année suivante lorsque la hampe florale se développe…

Propriétés : contrairement à la racine de carotte cultivée qui est orange, celle de la carotte sauvage contient très peu de provitamine A. Elle contient toutefois d’autres vitamines. Les fruits sont stimulants, digestifs, carminatifs (voir Glossaire) et riches en huile essentielle.

Habitat : bord des chemins, bord de mer, friche.

racine blanche de Daucus carota, la carotte sauvageUtilisations possibles : la racine est donc comestible et savoureuse la première année, crue ou cuite, mais trop souple pour être râpée. Elle est plus sucrée et plus parfumée que la carotte cultivée. L’enjeu pour qui veut en manger la racine est donc de réussir à reconnaître la plante sans ses fleurs, simplement grâce à ses feuilles. C’est là qu’il est primordial de connaître l’adage que je viens d’inventer pour l’occasion (mais l’info botanique est vraie !) :

« Les Ombellifères à feuilles divisées et tiges poilues sont bonnes pour mon menu ! »

carotte poilue qu'on ne risque pas de prendre pour une ciguëEn effet, ce dicton vous évitera tout risque de confusion avec les ciguës, Conium sp, aux feuilles également très divisées mais glabres (= sans poil). Vos systèmes nerveux et respiratoires ne vous pardonneraient pas une telle erreur…

La carotte est originaire d’Iran où elle a été « domestiquée » au Xe siècle (carottes violettes, à cause de la présence d’anthocyanes, ou jaunes), puis une autre domestication s’est faite en Hollande au XVIIe à partir d’une autre lignée (carotte orange). C’est pourquoi il existe aujourd’hui parmi les variétés cultivées de très nombreuses couleurs de racine.

Les fleurs peuvent être ajoutées comme décoration comestible aux salades et les fruits, avec leur saveur aromatique, sont excellents dans des plats salés (par exemple soupe de carotte aux graines de carotte 😉 ) ou sucrés (Une délicieuse crème pour napper les salades de fruits). Il faut simplement les cueillir au stade adéquat de maturité : quand elles commencent à mûrir, à tirer vers le brun, mais sont encore un peu vertes.

Confusions possibles : avec d’autres ombellifères mais ce devrait être facile à éviter. La criste marine et la berce spondyle ont aussi des fleurs blanches en ombelles d’ombellules, mais leurs feuilles sont vraiment différentes. La criste est succulente, la berce a ses feuilles entières ou divisées en 5 à 7 folioles anguleuses.

planche botanique de ciguë, Conium maculatumLe danger réside dans la confusion avec les ciguës. A retenir surtout que les ciguës sont glabres, alors que la carotte est couverte de poils raides, et que seule la grande ciguë, Conium maculatum, partage le même habitat que la carotte sauvage. La petite ciguë pousse dans les lieux cultivés et dans les bois, et la ciguë vireuse pousse dans les lieux humides, voire franchement les pieds dans l’eau. De plus, leurs feuilles froissées, leur racine et leurs fruits ne dégagent pas les odeurs qu’ont ceux de la carotte, mais plutôt une odeur désagréable. Leurs fruits sont globuleux et non pas hérissés de poils accrocheurs comme la carotte.

feuille de ciguë ressemblant à la feuille de carotte sauvageA mon avis, si l’on se trompait sur tous les critères cités précédemment et que l’on croquait dans une racine de ciguë, le goût nous ferait vite nous rendre compte de notre erreur avant de s’empoisonner ! Et pareil pour les fruits. Mais bon, avec un minimum d’attention, personne ne devrait en arriver là…

J’espère avoir été clair sur ces critères et avoir dissipé toute inquiétude carotte-ciguë. Allez, pour mémoire, je rappelle mon adage :

« Les plantes à feuilles divisées et poilues sont bonnes pour mon menu ! »

.

Je n’ai moi-même jamais déterré de carottes sauvages (je m’y essaierai sans doute au printemps prochain), mais si l’un d’entre vous l’a fait, je vous invite à en parler dans un commentaire car je suis curieux de lire votre expérience.

36 réflexions sur « Reconnaître la carotte sauvage quand sa racine est bonne : carte d’identité »

  1. Aurelien

    Bonjour Jérémie
    Super article, j’aime bien ton adage facile à retenir en plus !
    Je n’ai jamais mangé de carottes sauvages, j’ai toujours eu peur de confondre avec les ciguës justement ! Dans mon potager je cultive plusieurs variétés de carottes (graines qui viennent de Kokopelli), ce qui permet déjà d’avoir des goût très variées. En tout cas pour moi la flaveur et le gout d’une carotte fraichement déterrée est vraiment incomparable.
    Kenavo et encore bravo pour cet article
    Aurélien

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Aurélien et merci pour ton commentaire 😉
      C’est moi aussi cette peur qui m’a retenu longtemps car j’avais peur de me tromper entre la carotte et la ciguë. Mais au printemps prochain, je testerai !
      Concernant les variétés de carottes, il y en a effectivement de délicieuses, surtout fraîchement déterrées (je suis nostalgique de mon potager d’il y a 3 ans…). Quelles variétés as-tu plantées cette année ?
      Jérémie

      Répondre
  2. Gilles

    Bonjour Jérémie,

    Super article !
    J’ignorais que la carotte sauvage était comestible la première année…ta technique pour les reconnaître est super…
    J’attends quand même un témoignage pour oser m’y risquer.

    Bonne continuation à toi,

    Gilles

    Répondre
  3. Laurent

    La carotte, velue de nature, ne devrait-elle pas dire sur le dessin humoristique : « je me suis rasée pour qu’on me prenne pour une cigüe » ?
    Puisque non rasée, elle est reconnaissable et finit dans l’assiette…
    Allez, j’arrête de chercher la petite bête et félicitations pour ce blog sympathique que je découvre et qui donne envie de revenir.

    Répondre
  4. http://www.bruno-jardins.com

    Je suis jardinier-paysagiste et je vous félicite pour vos explications. Elles sont très claires pour les personnes qui ne connaissent pas ce légumes.
    On en a souvent plein le jardin mais beaucoup de personnes ignorent qu’elles sont comestibles.
    Article intéressant et instructif.
    A bientôt

    Répondre
  5. Clarisse

    Je viens de lire cet article avant de goûter les « mauvaises herbes » de mon jardin.. Des carottes sauvages! J’en avais déjà mangé, c’était délicieux.. Là, il y a le goût mais elles sont trop fibreuses pour être croquées. Dommage, mais maintenant je saurai les reconnaître.
    Bonne continuation et merci pour l’article!

    Répondre
  6. pasquier

    merci pour les infos j’ai arraché mes mauvaises herbes hier j’ai lu votre page, je suis allé recherche sur le composte les mauvaises herbes j’ai lavé et cuisiné les carottes sauvages quel gout ,une merveille
    a plus si je survie

    Répondre
  7. Patricia

    J’ai vécu 1 an en Saône et Loire. Un jour que je me promenais, je reconnais les feuilles de la carotte. Je
    gratte et arrache. Elle était comme celles que je connaissais mais plus claire (jaune). J’en ai trouvé d’autres, les ai cuites et mangées, sans problème, sans RIEN SAVOIR sur le sujet. Plus de 7 ans après, je suis toujours EN VIE !!! 🙂

    Répondre
  8. laurent

    salut a tous,
    Merci pour cet article et je rassure également ceux ou celles qui auraient peur de se tromper avec les ciguës, la carotte sauvage à VRAIMENT une odeur de carotte, a moins d’avoir le nez bouché, vous ne devriez pas vous tromper.

    Répondre
  9. la vie en roze

    Je m’y suis risquée la semaine dernière.
    Mon jardin jamais désherbé et jamais pollué par des pesticides en est rempli !
    j’ai déterré, j’ai senti (ca sent la carotte), j’ai croqué. C’était meilleur que des carottes cultivées !
    Par contre, il faut attendre parce que les toutes petites carottes sont inintéressantes. J’en ai trouvé une de taille correcte et le gout était vraiment intéressant.
    je n’ai rien épluché. Juste bien brossé sous l’eau froide.
    Personne n’a été malade…

    Répondre
  10. guisa

    Bonjour,

    Comment reconnait-on la carotte sauvage de l’achillée millefeuilles ? J’en ai qui poussent spontanément chez moi et qui commencent à fleurir en ce moment. Je croyais qu’il s’agissait d’achillée, mais quand j’en déterre une, ça ressemble bien à une espèce de petite carotte blanchâtre et un peu tordue. En tout cas, il y a des poils sur la tige, donc ce n’est pas de la ciguë.

    Répondre
  11. bruno

    Bonjour

    Merci pour cet article. Juste pour préciser que la carotte peut aussi s’utiliser sous forme l’huile essentielle de carotte. Elle est excellente pour la peau, comme par exemple pour l’acné, les légères brûlures ou encore la cicatrisation.

    Répondre
  12. Susi

    je me suis amusée à déterrer des carottes sauvages dans mon jardin, en Chartreuse. Je ne savais pas ce que c’était, même si je m’en doutais. Le parfum était si délicieux que je n’ai pas pu m’empêcher d’y goûter… et non, ce n’était pas de la ciguë. ce printemps, je serai plus attentive, car par ici ça pousse partout.

    Répondre
  13. Laurence Farine

    J’en ai aussi trouvé dans le bois l’été passé, j’en ai déterré quelques-unes, elles sentaient bon la carotte mais quand j’ai voulu croquer, c’était tellement coriace que j’ai renoncé à essayer de les cuire. Cependant, je ne savais pas qu’elles étaient bisannuelles et que celles de l’année étaient moins dures. Je vais retenter l’expérience. Merci pour cet article.

    Répondre
  14. mustapha

    bonsoir
    suite à la description de la carotte sauvage dans votre article,j’ai découvert que cette plante existe bien chez nous,j’ai enlever qlq feuilles et je les ai froisser, c’est vrai qu’ils ont l’odeur de la carotte,mais je ne connait pas les bienfaits de celle ci.
    amicalement à vous!
    Mustapha

    Répondre
  15. Gael

    Bonjour.

    J’ai trouvé plusieurs carottes sauvages dans mon jardin. Je voulais y goûter mais après en avoir arraché 3, je n’en ai trouvé que de minuscules (pas plus de 4-5cm de long) toutes fines… Comment savoir a quelle période les cueillir? Quelle taille atteignent les carottes sauvages a maturité?

    Merci pour cet article!

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Gael,
      Il vaut mieux les prélever en automne, quand elles ont eu le temps de grossir 😉 Pour la taille, c’est variable, comme les carottes du commerce.
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  16. Irène

    Merci pour cet article Jérémy!
    Ce matin, je désherbe et j’arrache une herbe qui ressemble vraiment à la carotte, je sens, une franche odeur de carotte! Je me dis, si ça ressemble… si ça sens…, je saute sur google et me voilà.
    Mon seul regret est d’avoir arraché ces futurs délices ce matin, mouiffff!
    Un détail, j’ai eu 64 ans il y a quelques jours, qu’est-ce qu’on m’a appris à l’école? En tous cas, pas vivre au quotidien, c’est sûr!
    Irène

    Répondre
  17. SOPHIE

    Merci pour tous ces commentaires. Enfin je crois savoir ce qui envahi mes fraisiers. Je vais attendre l’automne pour ramasser ces drôles de carottes. Le problème c’est que les miennes ne sont pas poilues et le haut de la racine ressemble à la base des feuilles du cèleri. Je pense donc que les miennes ne sont pas commestibles. Pourtant les feuilles ont une légère bonne odeur de persil ou de carotte je ne sais pas trop. Pouvez vous m’éclairer un peu plus ? Merci d’avance.

    Répondre
    1. Keven

      La carotte sauvage sent vraiment la carotte que l’o. Achete compare l’odeur en amenant un morceau un à coté de l’autre. il sagit peut être de livèche?
      Soyez quand même prudente, je vous suggerrent d’aprofondire vos recherche

      Répondre
  18. b_42

    Bon, je viens de déterrer ma première carotte sauvage, trouvée sous un cerisier dans mon jardin. Il semble que j’en ai quelques unes. Donc, je l’ai déterrée, lavée, et goutée…c’est dégueulasse, je n’ai pas pu la manger jusqu’au bout, et pourtant, j’adore les légumes (dont la carotte) crus!
    Comestible, sans doute, mais peut être mélangé à d’autres herbes, assaisonnées? Mais telle quelle….non!

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour,
      Je pense qu’elles sont meilleures à l’automne, quand elles ont eu le temps de s’épaissir un peu et de faire des réserves (en vue de la floraison du printemps suivant).

      Répondre
  19. Marie yport

    Bonsoir à tous

    Merci Jeremi pour ton article, voilà 2 ans que j essaie de différencier, le cerfeuil, la grande cigue et la carotte sauvage. J ai aujourd hui croisé la grande cigue et la carotte sauvage.
    Grace à ton article j ai enfin pu clairement les identifiés . Je confirme donc que la racine de la carotte sauvage dégage une forte odeur de carotte cultivée et l odeur des feuilles est très agréable. Ses tiges sont toutes poilues.
    La grande cigue croisée ce matin, comportait des tâches rouges sur ses tiges complètement glabres. Et le froissement des feuilles dègage une odeur désagréable, mais je ne sais pas la qualifier.
    Le lieu de ma balade était sur les falaises entre fécamp et étretat.

    Répondre
  20. M. Lapointe

    Je demeure à Gatineau à environ 7 Km au nord de l’autoroute 50 et, j’ai plein de carottes sauvages sur mon terrain. Maintenant, que j’ai appris à bien l’identifier, je vais y goûter cette automne.

    Mais, peut-on me dire une manière facile d’ identifier une carotte de l’année par rapport à une carotte de 2 ans. Probablement, par la grosseur, hauteur de ses feuilles et de la racine ou par sa tendreté …… je ne sais pas exactement.
    A l’aide.
    merci

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour,
      En effet, la carotte de l’année 1 est plus petite, mais c’est surtout qu’en période de floraison, elle ne fera aucune fleur, contrairement à la carotte de 2 ans. Déterrez-en quelques-unes et vous aurez tôt fait de savoir les différencier.
      Bonne cueillette

      Répondre
  21. Keven

    Moi aussi j’avais peur de me tromper au départ mais, maintenant que j’ai fais des recherche (je continue d’ailleur à étudier les plantes tout les jours.) C’est assez facile à identifier.

    La description de la carotte ici est excellente, bravo à toi jérémie.

    Répondre
  22. djo

    il y a quelques années alors que je n étais que débutant dans la cueillette de plantes sauvages comestible, j ai eu l idée de faire une soupe(orties, consoude, carottes sauvage, pissenlit…) délicieuse…mais du lendemain matin au réveil, impossible d ouvrir l œil droit qui était gonflé comme si j avais reçu un coup de poing et des difficultés respiratoire ca a duré deux jours. à part les carottes sauvage j avais déjà mangé plusieurs fois les autres variétés de plantes en promenant. je suis donc retourné a l endroit de ma cueillette et déterré plusieurs racines ,les ai senties et quelle surprise certaines sentaient la carotte et d autre plutôt l urine de chat! j avais été empoisonné a la ciguë! mon conseil après cette expérience serait de vous dire: même si la première deuxième plante récoltée est clairement identifiée comme étant de la carotte continuez a sentir les suivante, votre flair vous signalera un éventuel intrus…

    Répondre
  23. Mathéo Lopez

    Bonjour , j ai chez moi de petites plantes étant ou de la carotte sauvage ou du ciguë , et malgré tous ces indices je n’ arrive pas à me décider . Certaines plantes ont une fleur pour me au centre de l’ombelle , mais sont à peine veulues ( plus des petites piques fines ) mais ont des feuilles triangulaires comme celles du ciguë et ont une odeur ressemblant pourtant fortement à la carotte . Certaines n ont elles pas de fleur pourpre et les mêmes feuilles et sentent la même odeur que les précédentes. J’ai donc du mal à savoir s’il s’agit de ciguë ou de carotte sauvage . Merci de l’éclairer si possible !

    Répondre
  24. Frusquin

    Bonjour,
    dans la partie un peu sauvage de mon jardin (en Provence), une petite plante m’a fait de suite penser à une carotte. Je me rappelais les bouquets de jeunes carottes tendres proposés sur les marchés. Cependant sa couleur un peu bleutée me laissa un doute. J’avais 2 exemplaires, j’en déracinais un et trouvais une longue racine charnue blanche. En la rinçant et la mordillant prudemment je constatais un goût discret, type un peu navet-radis-voire carotte qui encouragea mon hypothèse. Elle était très filandreuse. Entre la plante sauvage et le légume civilisé il y a souvent toute une grande différence. Je découvris d’autres spécimens petits.Ils eurent tous une croissance très très lente. Pas de fulgurance printanière. Il a fallu carrément 2 ans pour les découvrir grandes et en fleurs. Elles ont bravé froid de l’hiver et sécheresse d’été. En croissant elles ont pris une forme de bouquet plutôt sphérique. Leurs tiges et leurs feuilles d’un vert bleuté sont très solides, les tiges rappelant le fenouil mais sans aucune odeur. Le bouquet développé reste à 40cm de haut environ idem pour le diamètre (sans être géométrique bien sûr). C’est une ombellifère. Les fleurs sont moins fournies que la carotte sauvage, la vraie, qui décore les fossés des environs et que j’ai bien reconnue. Les fleurs sont blanc verdâtres. Après recherche dans La Nouvelle Flore de G.Bonnier et G de Layens et un vieux Larousse en 6 vol. je penche pour l’hypothèse du TRENIA, TRENIA VULGARIS plus précisément . Quelqu’un en pense-t-il quelque chose ?

    Répondre
  25. COLIBRI

    Bonsoir, voici plus de dix ans que je me tâte, avec toujours cette crainte de la confondre avec la ciguë… Vos explications sont vraiment claires, j’en ai plein dans mes nouveaux jardins, je passe tous les jours à côté sans me décider, tout en la froissant sous mon nez pour me persuader que ce sont bien des carottes, bien poilues ! Pourtant je suis plutôt téméraires en matières de sauvages comestibles… Demain, je la goûte grâce à vous merci ! Et j’espère bien revenir vous faire part de mon expérience !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *